Comprendre son sommeil pour mieux le gérer

Les clés du sommeil

Comprendre son sommeil

pour mieux le gérer


Nous passons près d’un tiers de notre vie à dormir. Si nous sommes coutumiers de l’exercice et savons que le sommeil constitue un besoin vital, nous n’avons pas toujours conscience des nombreux mécanismes physiologiques qui se jouent, tandis que nous nous abandonnons aux bras de Morphée. Pour quoi dort-on? En quoi le sommeil est-il réparateur? Et quels sont les effets d’un manque de sommeil? On vous propose d’en savoir plus…

Par Julie

Partager

Les différentes fonctions du sommeil

Nous dormons avant tout pour récupérer des tensions physiques et mentales accumulées durant la journée. Mais dans l’ombre de la nuit, notre organisme poursuit son oeuvre:


Notre cerveau fait le grand ménage: il trie et enregistre les informations du jour. C’est durant les phases de sommeil paradoxal que les mécanismes de mémorisation et d’apprentissage se mettent en place. Nos connexions neuronales se réorganisent alors, pour nous permettre une adaptation à notre environnement.  Ainsi le sommeil tient un rôle capital dans la maturation cérébrale, le développement et la préservation de nos capacités cognitives. 


Notre système hormonal s’active lui-aussi. A la tombée de la nuit, la sécrétion de mélatonine, qui favorise l’endormissement, synchronise notre horloge biologique. Puis de nombreuses hormones entrent en scène. Elles favorisent tour à tour la croissance, la régénération cellulaire (musculaire et nerveuse) et la réparation des tissus. Elles régulent également la température interne, le taux de sucre dans le sang et la satiété ainsi que la quantité d’eau de notre corps. Elles contribuent aussi à l’élimination des toxines et à la stimulation de notre système immunitaire. Elles régulent enfin l’humeur et l’anxiété. Le sommeil est donc essentiel au bon fonctionnement de notre système hormonal et à notre équilibre mental.


Notre respiration se fait plus lente, calme et régulière; offrant un repos bienfaiteur à notre système cardio-vasculaire (qui, lui, assure toujours le service minimum!)


Dormir permet ainsi une récupération non seulement physique mais aussi physiologique, psychologique et intellectuelle… Le sommeil prépare à l’état de veille qui suit. Il conditionne de cette façon notre état de santé et notre bien-être.

Le manque de sommeil

Dans nos sociétés occidentales au rythme effréné, nous sommes de plus en plus nombreux à déplorer un sommeil altéré et son cortège de méfaits, souvent sous-estimés. Les scientifiques s’accordent à penser qu’en dessous de 6h par nuit, nous attaquons en effet notre capital sommeil


Mauvaise nouvelle, la dette de sommeil est non seulement cumulative mais génère graduellement des effets néfastes sur notre qualité de vie et notre santé:

  • fatigue, somnolence diurne et diminution de l’acuité visuelle
  • difficultés de concentration, de mémorisation et d’apprentissage
  • perte de motivation, troubles de l’humeur, irritabilité et instabilité émotionnelle

Au fil du temps, cette carence chronique en sommeil va profondément perturber notre métabolisme, augmentant ainsi le risque:

  • de dépression
  • d’affaiblissement des défenses immunitaires
  • d’obésité, de diabète et de cholestérol
  • d’hypertension artérielle et maladies cardiaques  

Mieux vaut donc prévenir que guérir… 

Pour préserver votre capital santé, au même titre qu’adopter une alimentation saine et une activité physique régulière, pensez aussi à bichonner votre sommeil, en veillant tant à sa quantité qu’à sa qualité. 


Profitez par exemple des vacances pour apprendre à connaître votre propre sommeil, cerner vos besoins réels et rembourser votre dette. Initiez-vous ou redécouvrez les bienfaits de la sieste.


Et puis préparez soigneusement le moment du coucher. Déconnectez sereinement, en vous essayant par exemple à la relaxation… 

et faites de beaux rêves !